Newsletter
  • Contact
  • Marchés publics
  • Liens
  • Téléchargements
  • Avec le soutien de la Région Rhône-Alpes
  • Leader
  • Fonds européen agricole pour le développement rural
Diminuer la taille des caractèresAugmenter la taille des caractèresImprimer la pageVersion pdfRecommander à un ami
 

Paroles d'agriculteur

cliquez pour agrandir l'image

Des agriculteurs en marche vers l'agriculture durable

Sensibiliser les agriculteurs à l'agriculture durable au travers d'exemples concrets et les inciter à une réflexion sur leur système d'exploitation et vers de nouvelles pratiques, tels étaient les objectifs des visites qui ont été organisées en 2007. Trois exploitations1 ont ouvert leurs portes….Autant de situations différentes mais une volonté commune pour ces exploitants : progresser vers plus de durabilité. Un retour sur ces visites.

Vous avez accepté d'accueillir ces visites, quelles étaient vos motivations ?

« Il semblait intéressant de montrer non pas un exemple (nous n'avons pas la prétention d'être exemplaires) mais des pistes d'actions concrètes et partant de là, y réfléchir avec les participants » (D. CHARVET et C. BERNARD).

« Cette visite a permis de clarifier les choses. On mélange souvent agriculture biologique et agriculture durable. » (J. TERRAILLON).

Au cours de la visite, les exploitations ont été passées en revue au regard des différents axes de l'agriculture durable (socio-territorial, agro-écologique et économique) ce qui a permis de mesurer le chemin parcouru. Des points forts sont ressortis, d'autres ont été jugés plus faibles par les participants. Ceci permet aux trois exploitations d'envisager d'ores et déjà des pistes d'amélioration.

Que pensez-vous mettre en place concrètement ?

« Les points « faibles » pointés avaient été mis en évidence lors du diagnostic de durabilité IDEA déjà réalisé.

Pour nous améliorer sur le critère économique, nous devons gagner en efficacité. Nous devons faire avec les contraintes locales telles que les surfaces en pâtures limitées, et faire évoluer quelques postes, notamment les engrais. Sur le volet social, nous avons déjà bien avancé sur le temps de travail. Nous travaillons chacun un week-end sur deux et pouvons prendre des congés, ce qui est important en terme de qualité de vie et de socialisation. A l'avenir, si nous pouvons embaucher quelqu'un, nous le ferons, en passant peut-être par l'apprentissage. (…). » (J. TERRAILLON).

Les autres pistes identifiées par les exploitations portent sur la réduction des intrants, l'autonomie alimentaire, le séchage en grange, l'élimination des déchets liées à l'enrubannage, l'accueil du public, la participation à des formations sur les pratiques d'élevage (recours à l'homéopathie)...

Vos préoccupations actuelles ?

« Le thème de l'agriculture durable doit être appréhendé en relation avec le développement global de l'économie agricole. Actuellement, la hausse du prix des céréales, du lait, donne le sentiment aux exploitants qu'il y a la possibilité de produire. La demande de la société est là, il s'agit d'y répondre. Mais le prix du pétrole et des intrants augmentent tout autant. Il s'agit donc de maîtriser ces charges importantes et essayer d'être autonome. » (C. BERNARD).

En bref, l'agriculture durable, pour vous, c'est quoi ?

« C'est l'agriculture d'aujourd'hui, celle qui doit s'adapter aux évolutions sociales pour durer et permettre de bien vivre dans son milieu. Elle sera encore présente demain, et continuera à produire des produits de qualité toute en préservant les paysages et les maintenant accueillants pour tous. »

Ces visites, véritables « bourse d'échanges», seront poursuivies en 2008. Soyez curieux et ne laissez pas passer cette occasion d'en savoir plus et d'échanger sur l'agriculture durable et sur les pistes à explorer.

Retrouver la totalité des interviews :

Retour haut de page